Les 8 pièces de brocart en position debout

Les 8 pièces de brocart est une séquence de ‘qi gong‘ (tchi-kung) créée par le maréchal chinois YUÉ Fei vers 1128.

Voici l’ordre et les noms des  figures de cette séquence, d’après les livres d’Antoine LY et Marianne PLOUVIER (librairie You-Feng, 2006) et de YANG, Jwing-Ming (Budo éditions, 2004).

Introduction.

1. – Soutenir le ciel à deux mains régule le triple réchauffeur.

2. – Tirer à l’arc renforce taille et reins.

3. – Lever un bras régule la rate et l’estomac.
(Il s’agit de  pousser le ciel en pointant la terre).

4.Regarder derrière soi éloigne les cinq fatigues et les sept déficiences.

5.Balancer tête – et tronc – sans se priver de bouger le coccyx, évacue l’excès de feu du coeur.
(= Il s’agit de souffler sur un lit de braises).

6.Joindre aux pieds les mains, renforce reins et bas du dos. (*)

7. – Coups de poing, le regard flamboyant,  renforcent le qi (tchi).

8. – Faire vibrer la colonne de jade, sept fois, fait disparaître et les sept désordres et les cent maladies.

Conclusion.

Notes :

(*) « Arracher la terre » est un mouvement de la figure 1, figure dont le titre chez Antoine LY est : arracher la terre et soutenir le ciel… , etc.

Le qi, c’est l’éther, aux sens 1 et 3 du Littré (http://www.littre.org).
C’est aussi un élixir (dans un sens proche des sens 1 et 3 du dictionnaire de l’Académie (http://www.academie-francaise.fr).

La colonne de jade, c’est la colonne vertébrale.

Les 8 pièces de brocart en position assise

Les 8 pièces de brocart en position assise.

Liste des mouvements d’après le chapitre III du livre « 8 exercices simples de chi-kung pour votre pour votre santé », de Yang, Jwing-Ming paru chez Budo éditions en 2004.

J’adapte en m’aidant du texte français, du texte chinois, du dictionnaire ‘en ligne’ Hanzidico, et des photos).

— 1°) Fermez les yeux et restez immobile, assis
[en tailleur, le dos droit
–> bien se redresser, descendre épaules et coudes, étirer la colonne vertébrale ; c’est l’entrée dans la séquence de chi-kung]

— 2°) Mains en coupelle sur « Kun Lun »
[c’est une haute montagne de la Chine; ici, elle représente la tête.
Les paumes couvrent les oreilles, les doigts reposent sur la nuque.
–> Travailler l’élasticité avant-arrière de la colonne vertébrale, des clavicules et des omoplates].

— 3°) Battre le coussin de jade
[dans la même position, tambouriner des doigts sur la nuque.
Pause dans l’avalement de salive commencé au n° 2
et que l’on poursuit au n°4].

— 4°) Rotation de la tête sur le pilier céleste, doucement
(c’est la colonne vertébrale ; tourner la tête à droite puis à gauche. Les mains sont toujours posées en supination devant le bas ventre, une paume posée sur l’autre, les avant-bras reposant sur les cuisses. Se rincer la bouche avec la salive, la passant d’une joue à l’autre.

— 5°) Masser les portes de la vigueur (精門 – jīng mén)
Elles sont dans le dos, dans l’espace de chair contenu entre le bas des côtes et le haut du bassin, la colonne vertébrale et le flanc.
On a coutume de se frotter les mains l’une l’autre avant de se masser soi-même ainsi le bas du dos.

— 6°) Treuils droit et gauche.
Les jambes étendues devant soi, posées à plat sur le sol, ramer.
Dans les deux sens possibles.
Assouplissement du dos, des bras et des épaules, de la nuque aussi ; et travail de muscles du dos et du ventre, donc.

— 7°) Supporter (le ciel), presser (la tête), et tirer les pieds
(vers soi, avec les mains, jambes tendues).
[Hanzidico et la photo du livre me font lire, ici :
« pān 扳 », au lieu de « pān 攀 »].

— 8°)
周天慢運 (zhōu tiān màn yùn).
Ralentir en prenant tout son temps.

Comme qui dirait : le retour au calme, mais je me demande s’il n’y a pas là invitation à devenir la boule d’énergie aux contours indécis, suspendue comme une gong de pierre à la montagne de l’Ouest.
Et à se ressentir comme telle.
Voir ma tentative de traduction de fin août, directement du chinois en français, du poème du sens réel du taï-chi chuan.
(Publiée sur Facebook seulement, pour le moment).

Rédaction : 7 septembre,  pour un camarade de Picardie blessé à la cheville (une entorse). Texte mis aussitôt à la disposition d’une correspondante d’Aquitaine qui, le même jour, s’était blessée au tibia (un gros bleu).

méridien

méridien, n.m.  — Définition :
MED. En acupuncture, vaisseau fictif par lequel circulerait un flux énergétique appelé énergie vitale, ponctué de lieux privilégiés permettant de réguler ce flux d’énergie.

Source : encyclopédie Quillet, mai 1988.

Commentaire du webmestre : à part qu’elle émet un doute, cette définition est correcte et pleine de qualités.

Dans le corps d’un mammifère, les méridiens vont par paires, un à droite et un à gauche. Des méridiens principaux, il y en a 12 paires., lesquelles sont les suivantes .

N.B.:  L’usage étant de n’énoncer que les méridiens d’un seul côté – n’importe lequel-, je me conforme à cet usage. Je donne les abréviations selon Antoine Ly et Marianne Plouvier (in Qigong dynamique, livre paru chez Vigot en 2006).

1er méridien (PO): méridien du POUMON
2ème méridien (GI): méridien du GROS INTESTIN
3ème méridien (ES): méridien de l’ESTOMAC
4ème méridien (RA): méridien de la RATE
5ème méridien (CO): méridien du CŒUR
6ème méridien (IG): méridien de l’INTESTIN GRÊLE
7ème méridien (VE): méridien de la VESSIE
8ème méridien (RE): méridien du REIN
9ème méridien (MC): méridien du MAÎTRE du CŒUR
10ème méridien (TR): méridien du TRIPLE RÉCHAUFFEUR
11ème méridien (VB): méridien de la VÉSICULE BILIAIRE
12ème méridien (FO): méridien du FOIE

Ces méridiens sont des canaux de qi. Leur extrémité est, pour les uns dans les doigts des mains et pour les autres dans les doigts des pieds. Je crois avoir compris qu’ils desservent des fonctions organiques réparties, qui portent le nom d’un organe – comme on le lit ci-dessus.

D’autres canaux sont dédiés au déversement et au stockage de trop-pleins, et donc servent aussi de réservoirs dans lesquels l’organisme puise quand, localement, il a un manque en qi.  On les appelle vaisseaux. On dit qu’ils sont curieux simplement pour dire qu’ils ne sont pas comme les autres (dans le sens qu’ils ne servent pas à la même chose). Ce sont eux les « lieux privilégiés » qui servent à la régulation de l’énergie, visés par la définition ci-dessus. Ce sont :

Quatre d’entre eux sont centraux, à savoir localisés exclusivement dans le tronc et la tête. Ils n’ont pas d’extension dans les membres.
Ce sont :

– (VG): vaisseau Gouverneur (Du Mai) – 督脈
– (VC): vaisseau Conception (Ren Mai) – 任脈
– vaisseau Ceinture (Dai Mai) –
– vaisseau Organisateur (Chong Mai) –

L’exercice des huit pièces de brocart en position debout que nous effectuons souvent au Roseau 5, dans la classe de taï-chi, en guise d’échauffement, fait tour à tour circuler le qi dans ces méridiens et ces vaisseaux (voir le détail dans le livre d’Antoine Ly).

A côté de ces quatre vaisseaux particuliers purement centraux, il y a d’autres vaisseaux particuliers qui vont jusque dans les membres. Ce sont Wei Mai et Qiao Mai qui sont chacun de deux sortes, Yin et Yang, et qui existent par paires (un à droite et un à gauche) :

  • yin wei mai
  • yang wei mai
  • yin qiao mai
  • yang qiao mai

Question : en tout, pour l’ensemble du système, cela fait combien de canaux de desserte et de canaux de délestage ?
Réponse : 36.

Mais s’y ajoutent des liaisons transversales.

Il y a un schéma simplifié du trajet de ces canaux dans le livre Qi-gong pour les yeux, de mesdames Dominique Ferraro et Ma Xu Zhou, paru chez Guy Trédaniel en 2008. Il y a aussi un schéma de synthèse à la page 15 du livre de Robert Parry paru chez Octopus en 2005 : le taï-chi, source de santé et de vitalité. A la page 15 de Théorie et énergie martiale (il eût fallu que le titre portât martiales, au pluriel) de Yang, Jwing-Ming, Budo éditions, 2003, il y a un schéma des ramifications des méridiens d’un bras. En effet, de même qu’un réseau routier comporte des autoroutes, des routes principales, des routes secondaires et des chemins vicinaux, de même le réseau de circulation du qi comporte des vaisseaux de différents calibres.

N.B.  Le réseau sanguin comporte une pompe, le coeur, qui y fait circuler le sang. Le réseau lymphatique ne comporte pas de pompe qui fasse circuler la lymphe. C’est en bougeant qu’on la fait circuler. Le réseau de qi non plus ne comporte pas de pompe centrale.

C’est là une invitation à faire de l’exercice.

Pour l’étude, entre différentes sources internet disponibles, et après tri, je retiendrais celle-ci : http://www.lesbonnesmains.com/MTC/# .

Notes diverses

qi 氣

luo 絡

éléments (xing 行)

shao shang 少商
yu ji 魚際
tai yuan 太淵
jing qu 經渠
chi ze 尺澤
sont des points d’acupuncture, du méridien du poumon (https://vimeo.com/ondemand/wushupoumon = vidéos d’accès facturé), cinq points particuliers, cinq « shu » (wushu – 五輸) de ce méridien. Il y en a 5 autres par autre méridien. Voir :
http://www.acupuncture-europe.org/enseignements/multimedia.html

Les âmes Hun 魂 et Po 魄 de l’homme.

souffles ancestraux (zong qi 宗氣)

musculaire (jing jin 經筋)

fu (府)

liquides (ye 液)
crachats (tuo 唾)
salive (xian 涎)

gorge (hou bi 喉痹)

xuli 虛里 (c’est l’un des luo)
jonction (he 合) [ex.: coude, genou]
cent circulations (bai mai 百脈)

Bout de texte du site de http://www.acupoints.fr/
(à la page descriptive des méridiens musculaires),
avec quelques caractères chinois utiles à annoter le texte ci-dessus :

Le croisement du 經筋 jing jin au vertex et l’accompagnement par les branches des méridiens extraordinaires 陰蹻 yin qiao et 陽蹻 yang qiao à partir de la région frontale sont responsables d’un phénomène de croisement : l’atteinte et les douleurs du 經筋 jing jin à droite entraînent la parésie de l’œil gauche qui ne peut pas s’ouvrir; l’atteinte de la bosse frontale gauche entraîne la paralysie du pied droit et vice versa.

On traite selon la même méthode que pour le 經筋 jing jin de la Vessie, et le Dacheng précise que le phénomène de croisement fait qu’on prend les points du côté opposé.

 

32 images (à l’épée)

Copie (pas faite par moi) d’une vidéo de WU, Amin :
https://www.youtube.com/watch?v=XnuwlxEDcv4
Autre, plus ancienne, image moins bonne :
https://www.youtube.com/watch?v=nrGZXgTP-ZA
Autre encore, mais où cette dame professeur est de dos :
https://www.youtube.com/watch?v=OxYKQWZa7qY

L’adresse du site internet officiel de WU Amin :
– http://www.wuamintaichi.com

Le cours de LI, Jin (près d’1h) :
https://www.youtube.com/watch?v=oZUgQ0BbpGM

Le cours de LI, Deyin (près d’1 h 45) :
https://www.youtube.com/watch?v=S9qjbgZvnBs

La séquence, exécutée par Li Deyin lui-même (6 min.),
https://www.youtube.com/watch?v=jqiDm2shgsk

Détails d’exécution (cours en vietnamien, 25 min) :
https://www.youtube.com/watch?v=gzQPg0TPQnI

Vidéo des noms des figures (en anglais) :
https://www.youtube.com/watch?v=BywuThHQzMY
d’après cet exposé de Michael P. Garofalo :
http://www.egreenway.com/taichichuan/sword32.htm#Part1
Bibliographie :
http://www.egreenway.com/taichichuan/sword32.htm

24 images

Taï-chi-chuan 24 figures style Yang :
楊式二十四式太极拳

http://www.chinbeku.com/grundlage/taijiquan_24.htm

                                                                                                   

WU, Amin :

https://www.youtube.com/watch?v=e4VIw41R-PU (de dos)
https://www.youtube.com/watch?v=h8zzn3C5TgU (de face)

— sur le parvis d’un gymnase :
https://www.youtube.com/watch?v=hou57TxCvCo
— devant un rideau vert :
https://www.youtube.com/watch?v=4zMlTKzVFU8 (de dos)
https://www.youtube.com/watch?v=SrB6f3uhqkc (de face)

Chez Li Deying :
https://www.youtube.com/watch?v=PTTa6LuWlec (de dos)
https://www.youtube.com/watch?v=xI3v4cQvM6k (de face)
https://www.youtube.com/watch?v=JQEDNWXWer0 (2 h de cours)

https://www.youtube.com/watch?v=ytT4iU7h-A8

Leçon de LI, Jing (1 h) :
https://www.youtube.com/watch?v=ZjN0kL_SVJw

Liste des figures, selon http://myopq.com/article-44-1.html
(voir ailleurs sur ce site un travail de traduction en français)

24式太极拳各势名称

預備 预备 yù bèi
1   一、 起式 qǐ shì
2   二、 野马分鬃 yě mǎ fēn zōng
3  三、 白鹤亮翅 bái hè liàng chì
4   四、 搂膝拗步 lǒu xī ǎo bù
5  五、 手挥琵琶 shǒu huī pí pa
6   六、 倒卷肱 dào juǎn gong
倒撵猴 dào niǎn hóu
7   七、 左揽雀尾 zuò lǎn què wéi
8   八、 右揽雀尾 yǒu lǎn què wéi
9   九、 单鞭 dān biān
10   十、 云手 yún shǒu
11  十一、 单鞭 dān biān
12  十二、 高探马 gāo tàn mǎ
13   十三、 右蹬脚 yòu dēng jiǎo
14   十四、 双峰贯耳 shuāng fēng guàn ěr
15  十五、 左蹬脚 zuǒ dēng jiǎo
16  十六、 左下式独立 zuǒ xià shì dú lì
17  十七、 右下式独立 yòu xià shì dú lì
18  十八、 玉女穿梭 yù nǚ chuān suō
19  十九、 海底针 hǎi dǐ zhēn
20  二十、 闪通背 shàn tōng bèi
21   二十一、 搬拦锤 bān lán chuí
22   二十二、 如封似闭 rú fēng sì bì
23   二十三、 十字手 shí zì shǒu
24  二十四、 收式 shōu shì
還还 还原 huán yuán
Liste des mouvements (en anglais)
et exposé détaillé, par P. Garofalo :
http://www.egreenway.com/taichichuan/short.htm#List

sources :
– China Kulichki / fédération de wushu de la région d’Odessa, pour le pinyin non accentué ;
– Yang Family + corrections, pour l’accentuation.

Voir aussi cette documentation :

PINYIN :
http://alis.isoc.org/langues/zh.htm
(en français ; voir le le tableau à la fin de l’article)

Ecoutez les noms des figures en chinois (une vidéo de 5 minutes) et voyez-les exécutées :
http://www.newagetaichi.com/?main=24_style_taichi

NB.1. : il y a quelques petites différences entre ce qui est dit et ce qui est écrit. Un clic sur le petit écran mène à la même vidéo présentée chez YouTube sur un écran plus grand et à d’autres vidéos.

NB.2. : entre la fin de la figure n° 7 et le début de la figure n° 8, il y a un mouvement appelé zhuan shen [= littéralement : tourner le corps ; ici : un demi-tour] qu’on peut compter comme faisant fait partie de la figure 8 et qui en général n’est pas mentionné. Dans le nom 6, j’ai rayé ce qui se traduit par « rotation des bras », nom inusité en français mais j’ai laissé ce qui correspond à « repousser le singe ».

Liste des mouvements, en français,
et en chinois, avec explication de  la traduction
http://www.asso-yangsheng.com/taoluen24mouvementsdustyleyang

N.B. 2 : le 12 novembre 2018,  j’ai supprimé les 转身 (zhuàn shēn)
parce qu’il n’y en avait que deux. C’était insuffisant pour marquer l’orientation générale de la progression du pratiquant tout au long du mouvement.

48 images

Dérivée de la « forme » longue Yang à mains nues, la « forme » des 48 images se travaille dans l’école du Roseau, à l’occasion des rencontres franco-allemandes.

Vue d’ensemble,
par le responsable d’un club de taï-chi de Strabourg !
http://www.energie-harmonie.fr/pg_ac_detail_forme.php?FORME=5&impr=yes

Voici 2 leçons de Mme Amin WU, professeur chinois.

https://www.youtube.com/watch?v=7yaibVCPscg
https://www.youtube.com/watch?v=AK5XDZN-t74

Vidéo + nom des figures
(en néerlandais ou en flamand) :
http://taiji.be/48-vorm

Nom des figures selon cette page d’un « blog » chinois
http://www.39yst.com/20140321/151756.shtml

48式太极拳拳谱

 起势

一、 白鹤亮翅

二、 左搂膝拗步

三、 左单鞭

四、 左琵琶

五、 捋挤势(三)

六、 左搬拦捶

七、 左棚捋挤按

八、 斜身靠

九、 肘底捶

十、 倒卷肱(四)

十一、转身推掌(四)

十二、右琵琶势

十三、搂膝栽捶

十四、白蛇吐信(二)

十五、拍脚伏虎(二)

十六、左撇身捶

十七、穿拳下势

十八、独立撑掌(二)

十九、右单鞭

二十、右云手(三)

二一、右左分鬃

二二、高探马

二三、右蹬脚

二四、双峰贯耳

二五、左蹬脚

二六、掩手撩拳

二七、海底针

二八、闪通背

二九、右左分脚

三十、搂膝拗步(二)

三一、上步擒打

三二、如封似闭

三三、载云手(三)

三四、右撇身捶

三五、左右穿梭

三六、退步穿掌

三七、虚步压掌

三八、独立托掌

三九、马步靠

四十、转身大捋

四一、撩掌下势

四二、上步七星

四三、独立跨虎

四四、转身摆莲

四五、弯弓射虎

四六、右搬拦捶

四七、右棚捋挤按

四八、十字手

收势

Liste des 48 figures, par Phil Cheung :
http://www.philcheung.com/TaiChi/L48.htm

Liste en chinois  & en anglais + vidéos, par la YMAA :
http://legacy.ymaa.com/articles/2016/02/tai-chi-48-form-movements

 

Chen 18

AVERTISSEMENT : cet article est un document de travail.
Il est en perpétuel remaniement, mais devient stable.
————————————————————————————-
En vue d’une fulgurance (*) de promotion du taï-chi-chuan, du 14 octobre 2017 en Val d’Oise (**) sous l ‘égide de Mme Virginie Gatellier (***), qui a rassemblé une vingtaine de bénévoles (****) venus de divers horizons, j’ai traduit avec hanzidico,  directement du chinois en français les noms des figures de la séquence à mains nues, de style Chen, dite ‘forme 18’. Voici ce travail.

SOURCES :
a) http://philcheung.com/TaiChi/Chan/OF18.htm (*)
b) http://www.chenstyletaijiquan.net/?page_id=512 (*)
c) les sous-titres de vidéos pédagogiques de CHEN Zhen-Li.

陳式 – 太極拳 – 精要 – 十八式 – 拳套招式
Chén shì – tài jí quán – jīng yāo – shí bā shì – quán tào zhāo shì
Style ancien (dit : style Chen) – Tai-chi-chuan
– L’essentiel – 18 figures – Série à mains nues.

https://www.youtube.com/watch?v=ghktMS9aVaE
(= Nin WANG, de dos)

https://www.youtube.com/watch?v=1jOFNuX-g7k
(= CHEN Hui-Xian, en forêt)
https://www.youtube.com/watch?v=QCy-ZXdDgws
(= CHEN Zheng-Li, de dos.
Il annonce les noms des figures,
et en compte les phases au fur et à mesure de leur exécution)

et, très joli, mais dont un Chinois dirait
« c’est du poing fleur et de la jambe de brocart » :
https://www.youtube.com/watch?v=l8yk848U2LI
(= la grâce d’une gymnaste en blanc – 3 min 40s).

Principes du style Chen :
https://www.youtube.com/watch?v=wHhM7bdIPFc
Même vidéo (c’est aussi une partie 2) :
https://www.youtube.com/watch?v=-w1jvaHnQgU

CHEN Hui-Xian
Ici : CHEN Hui-Xian dans la position de la fin de la figure n° 3
(rattacher son vêtement).
(Photo tirée de son site internet – adresse : en bas de cette page).
Et voici sa démonstration publique de mars 2012
(elle était alors enceinte de 8 mois ou 8 mois 1/2):
https://www.youtube.com/watch?v=PhIziVbKWbM

————————————————————————————-
0﹑预备 – yù bèi – (se) préparer.
————————————————————————————-
1﹑起勢 – qǐ shì – début.

2﹑金剛搗碓 – jīn gāng dǎo duì
la main qui tient le foudre est pilon à broyer.

3﹑攬紮衣- lǎn zā yī – rattacher son vêtement.

4﹑六封四閉 – liù fēng sì bì – six, verrouiller ; quatre, stopper.

5﹑單鞭 – dān biān – fouet.
————————————————————————————-
6﹑白鵝亮翅 – bái é liàng chì – une oie blanche fait voir ses ailes.
————————————————————————————-
7﹑斜行 – xié xíng – actions obliques

8﹑摟膝 – lǒu xī – rassembler les mains à hauteur des genoux

9﹑拗步 – ào bù – pas voltés (*)

10﹑掩手肱捶 – lǎn shǒu gōng chuí
il estoque (*), le bras qui était caché par la main.

11﹑高探馬 – gāo tàn mǎ – quant à sa hauteur, évaluer un cheval.
————————————————————————————-12﹑左蹬一根 – zuǒ dèng  yī gēn
repousser du pied gauche, à gauche,
d’un coup de pied latéral rectiligne comme 1 bâton d’encens.

13﹑玉女穿梭 – yù nǚ chuān suō
la fille de jade enfonce une navette.

14﹑運手 – yùn shǒu – mouvoir les mains.
————————————————————————————-15﹑轉身擺蓮 – zhuàn shēn bǎi lián
volter ;  faire le lotus.

16﹑當頭炮 – dāng tóu pào
canons directs (*)

17﹑金剛搗碓 – jīn gāng dǎo duì – (idem n° 3).
————————————————————————————-
18
﹑收勢 – shōu shì – fin.
————————————————————————————-

Un article de Michael P.  GAROFALO, qui, je crois, vit en Floride :
http://www.egreenway.com/taichichuan/chenshort18.htm



NOTES

1
Des différences sens du mot shì, c’est le sens de « figure »
qui n’est pas dans les dictionnaires, que je retiens ici.
Dans le contexte du yoga, je traduirais par posture,
mais cela évoque quelque chose de statique, à la différence de ‘figure’ qui, en patinage artistique renvoie à quelque chose de dynamique. D’où : figure (= suite ordonnée de mouvements).

2金剛 – jīn gāng dǎo duì

金剛 (jīn-gāng) = vajra (वज्र), en sanscrit.
En sanscrit, c’est à la fois le diamant et la foudre, arme d’Indra.
C’est aussi le foudre.
Les moines bouddhistes du monastère tantrique de  Gyüto (au nord de l’Inde) le tiennent d’une main, horizontal, et la cloche de l’autre, verticale, pendant certaines de leurs psalmodies.
foudre et cloche
Réf.: (https : // www. zambala .com. tw /webfile /webdata /Image /201706 /287Y金剛鈴杵.jpg)

金 (jīn) = or, argent
剛 (gāng) = fort, ferme, dur ; …

金 剛 (jīn gāng) = Vajra =
Buddha’s warrior attendant, diamond, …,,
mais aussi foudre (cf. ci-dessus).

搗 (dǎo) = broyer, piler, pénétrer, battre
碓 (duì) = pilon pour décortiquer le riz

1ère possibilité  envisagée :
Le pilon (duì) avec lequel Jing-Gang pile (dǎo).
[Deux fois, Vajra (Jing-Gang) lève, puis laisse tomber son outil (son poing) dans le mortier (la paume de son autre main, formée en creux)].

臼 (jiù) = mortier
Ce mot ne figurant pas dans la phrase chinois, il n’a pas à figurer dans la phrase en français. Contrairement à ce qu’on lit partout, aussi bien en français qu’en anglais.

Analyse logique :
1./ sujet ; 2./ attribut du sujet ;
celui-ci étant composé de [2.a./ déterminant ; 2.b/ déterminé],
(l’élément qui précise ce dont on va parler, est énoncé d’abord).
D’où : 1./ Foudre ; (est, verbe à fonction de charnière. Existe en français. Peut être sous-entendu en français. N’existe pas en chinois). 2.a/ (à) broyer. 2.b/ (un, article indéfini. Paraît préférable à un article défini. Peut être omis) pilon.
Ce qui donne : Foudre est pilon à broyer.
Ce peut être aussi :
(La main qui tient le) foudre est pilon à broyer.
On ne dira pas « pilon à piler », car ce serait un pléonasme.
Le moine en prière tient sa foudre posée sur la paume de sa main ouverte et en supination. Refermer en poing cette  main et la laisser choir dans le creux de l’autre main, c’est le geste ici effectué.

3
– 攬 : voir plus bas, au n° 10 ;
– 紮 : va avec 攬 et en précise le sens ;
– 衣 : vêtement.
– 衣 se dit : OU yì.
Les deux prononciations existent et ont même sens.

攬 , serrer dans ses bras, comporte l’idée d’arquer les bras – c’est le début du mouvement – c’est la circulation du qi  le long de l’arc thoracique dont parle Yang, Jwing-Ming, dans La théorie du taïchi-chuan, Budo éditions, 2007, pages 169 et 170 et aussi page 176, celle de définition du terme Peng, avec laphoto qui forme la figure 8.1. Se rappeler aussi que le jin – la réserve de force – s’accumule dans les courbes. Et, parmi les 10 principes de Yang-Cheng-Fu, le n° 2 :  relâcher la poitrine et étirer le dos [Relâcher la poitrine de façon que celle-ci rentre légèrement vers l’intérieur…| Traduction de Véronique Legras, de l’école de la sagesse du dragon, de Bordeaux, qui existait déjà en septembre 2003, j’ai un souvenir précis qui me permet d’affirmer cela. Mais ici  紮, qui a le sens de lier, stopper fait que des sens de ‘serrer dans ses bras’, ‘attacher’, qu’a 攬, on doit choisir ‘attacher’. D’où, pour 攬紮衣 : rattacher vêtement.  On dira ‘son vêtement’, car l’analyse du mouvement dit que c’est du sien dont on s’occupe.

4﹑六封四閉 – liù fēng sì bì –
à l’imitation de l’idéogramme qui représente le chiffre six,
étendre un bras, tirer circulairement vers l’arrière, étendre l’autre bras puis, la main droite sur la poitrine verrouiller la position. Haut les mains, ensuite, à l’imitation de l’idéogramme qui représente le chiffre quatre, puis stopper quelque chose et le repousser, comme fait au football le gardien de but avec le ballon adverse. Bì, c’est aussi barrer le chemin, obstruer un passage, comme fait un hallebardier devant une porte qu’il garde.

5﹑單鞭dān biān – fouet.
單 marque le singulier.
鞭, c’est fouet.
Peut-être compris comme coup de fouet, manche de fouet.
Diverses interprétations sont possibles, relatives aux mouvements du bras droit, des hanches, du bras gauche. Polysémie du chinois.

6﹑白鵝亮翅 – bái é liàng chì
Il s’agit ici (style Chen) d’une oie blanche.
Même action cependant que la grue blanche en style Yang.

7﹑斜行xié xíng
litt.: actions obliques, au pluriel, parce qu’on progresse d’un demi-pas, le long d’une diagonale avant-gauche ; mais aussi parce qu’on se penche.  Et puis le verbe xíng veut dire à la fois marcher et agir.

8﹑摟膝 – lǒu xī
cueillir, aux genoux
[Litt.: une brassée, aux genoux ;
mais en Yang je traduit : empaumer le genou.
Lǒu, c’est enserrer, mais en taï-chi Yang de combat, la paume n’est que posée sur le genou levé, qui pousse ensuite la jambe du pied qui frappe
].

Le mvt « cueilir aux genoux » est un bât cuoc tân – comme dans hung kê quyên – suivi d’un shou hui pipa, comme dans les formes Yang 24 et Yang longue, comme dans la forme 48, également.

9﹑拗步 – ào bù
pas voltés / pas torsadés
(Il y en a 3 : 三)

Pas voltés OU pas torsadés : je n’ai pas encore choisi !
Car très difficile (sinon impossible) d’affecter à un pas (notion qui, d’emblée, va évoquer un mouvement des jambes) une caractéristique d’un mouvement du bassin qui le génère.

(En italien, voltare = tourner. En boxe, la volte, ce serait le fait de présenter son côté à son adversaire après avoir été face à lui.  Même sens en escrime. La volte, ce serait donc, en en boxe ou en escrime, une rotation du bassin, de 90° – et la volte-face un 1/2 tour. Ici c’est plutôt un pivotement de 30 à 45° à gauche, suivi d’un retour à la position angulaire de départ, avec pivotement ensuite, de 30 à 45° à droite. Voilà pour le début.   Le mouvement part du bassin.

Cf. le 3ème des 10 principes de Yang, Cheng-Fu :
3.  Relâcher la taille — « La taille est le gouverneur de tout le corps. …Le centre de commandement se trouve dans la taille. L’absence de force est essentiellement due à un mauvais emploi de la taille et des jambes« ).

EN YANG, j’appelle ‘pas vrillé’ un pas en avant avec rotation du bassin de +- 30°, vers  l’AV, précédée éventuellement d’une légère rotation AR (5° ?) pour l’armer (il n’y en a pas, ici, mais en Yang, oui). Le mouvement combine une rotation des hanches autour d’une axe vertical et une translation horizontale de celui-ci.

3 mouvements d’un bateau : roulis autour d’un axe longitudinal (d’où : chalouper), ce n’est pas de cela qu’il s’agit ; tangage autour d’un axe transversal (l’avant plonge, puis se relève, ce n’est pas de cela qu’il s’agit ; mais virage, c’est rotation autour d’un axe vertical avec progression en avant ou en arrière, en arc de cercle, et ce n’est pas de cela qu’il s’agit non plus, la progression étant en ligne.

L’idéogramme chinois 拗 renvoie à la technique du filage d’un fil de soie (dessin du centre), à la main (dessin de gauche) tandis que celle-ci exerce une force (dessin de droite) de traction sur des brins de matière à filer, et les assemble par torsade – idée retenue ici – tout en tirant.

En Yang, j’ai traduit lǒu xī ào bù par ’empaumer genou, pas vrillé’.
Je vais peut-être changer « pas vrillé » en « pas volté.

Le ào bù d’ici a une certaine ressemblance avec la suite de deux « presser » qui est le mvt n° 6 de la forme 48.

Pas volté a l’air et d’être mieux que pas vrillé.

Volte, cependant, sera correct pour exprimer les 1/2 tour sautés sur place qu’il y a dans tứ linh đao.

10﹑掩手肱捶 – lǎn shǒu gōng chuí
1ère traduction : cachée par une main, l’autre (*) estoque
– lǎn – serrer dans ses bras, attacher
– 手shǒu – main
– 肱 gōng – humérus (donc, ici : bras)
– chuí – battre, piler, marteler
(*) Certes, le texte chinois porte 手 – main – puis 肱 – bras – mais comme ce n’est pas  un bras  qui peut frapper comme la tête d’un marteau (chuí zi) – mais la main ou le poing qui sont au bout de ce bras, d’où la traduction « l’autre ».  En escrime, frapper d’estoc, c’est frapper de la pointe. L’estocade, c’est un coup de pointe, direct (cf. en tauromachie). Ici, donnant à estoquer le sens de donner un coup direct, tout droit, le plus simple possible, en l’espèce un coup de poing, je traduis   (chuí) par : estoquer.

2ème traduction : cf. plus haut.
En faisant l’exercice, j’ai trouvé une solution, pour garder le mot bras (mais pas parfaite puisque je dis bras au sens d’avant-bras,  alors que, d’après le dictionnaire, le chinois dit : la partie haute du bras). Cette traduction est un aide-mémoire pour se souvenir qu’à la fin du n° 09, on placera l’avant-bras droit sous la main gauche.

10
Pour garder l’effet de surprise, ne fermer la main droite en poing que lorsqu’elle aura été reculée près du flanc droit. Cogner ensuite.

11﹑高探馬 – gāo tàn mǎ – quant à sa hauteur, évaluer un cheval [litt.: haut, sonder, cheval.
Au sens premier de ce mot, une sonde, c’est une perche qu’on enfonce dans l’eau d’un étang, par exemple, jusqu’à toucher le fond, pour évaluer la profondeur d’eau sous la surface du plan d’eau].

12
N.B. : c’est le bord extérieur du pied qui agit, pas la plante du pied.

13﹑玉女穿梭 – yù nǚ chuān suō –
la fille de jade enfonce (sa) navette
Autrement dit : elle duite, c’est à dire qu’elle conduit le fil de trame entre les fils de chaîne qui vont emprisonner le fil de trame.

Sa navette, le tisserand l’enfonce  dans la foule qui est un espace entre deux nappes de fils de chaîne, aménagé par son métier à tisser.  Voir à Marle (Aisne), au musée en plein air des temps mérovingiens, la reconstitution d’un métier à tisser. La navette, quant à elle, porte le fil de trame. La fille de jade est une princesse mais elle est aussi tisserande : elle tisse. Elle aime un bouvier. Pour éviter une mésalliance, les parents sépareront les amoureux et mettront entre eux la Voie lactée. Au ciel, la fille de jade, c’est notre constellation de la Vierge ;  et le bouvier, notre constellation du Bouvier. La fille de jade n’est pas en pierre, mais en chair et en os, dans la légende. Le mot ‘jade’ a subi un glissement de sens. Comme cette pierre est la pierre de l’empereur, le jade en est venu à désigner l’empereur lui-même. La fille de jade est donc une fille de l’empereur. C’est pourquoi j’ai dit que c’est une princesse. Elle s’appelle Zhi Nu (c’est écrit à la page 107 du livre Théorie du taïchi-chuan / Les racines du taïchi-chuan, de Yang-Jwing-Ming –Budo éditions, 2007).

14﹑運手 – yùn shǒu – mouvoir les mains
au lieu de
14﹑雲手 – yún shǒu – mains nuages.
(je suis la correction indiquée par Tchiang, de Madison, Wisconsin).

15﹑轉身擺蓮
轉身 –
zhuàn (tourner),
shēn (= le corps ; mais aussi : soi-même ; –> ici : sur soi-même).
D’où : se tourner. D’où : volter.

擺 bǎi (agiter, arranger, poser) ; 蓮 lián (lotus).
Ce qu’on retient du lotus, c’est la forme grosso modo circulaire du pourtour de sa fleur. Aussi ‘bǎi lián’ est à prendre au sens figuré de « tracer un cercle » (avec la pointe du pied), et non pas au sens au sens propre, d’arranger des fleurs de lotus.

note.
Discutons les expressions
–>  轉身雙白莲
–>  转身双白莲
1°)
–>  白 (băi) = blanc
–> 擺 (băi) = arranger, disposer

), le mot [= jumeau], normalement devrait porter sur 轉身 [‘zhuàn shēn’ = tourner sur soi-même]. ne porte pas sur le verbe 擺 bǎi, puisqu’il n’y a qu’un seul coup de pied circulaire, mais sur  Car on effectue, disons, un tourné-détourné, une volte suivie d’une contre-volte.
Je ne comprends pas pourquoi n’est pas mis devant 轉身,
mais c’est ainsi.

dān băi lián (單擺蓮).
Les traductions qui comportent des « et », celles qui comportent des « avec », sont fausses aussi.  Car la volte [‘zhuàn shēn’] = tourner sur soi-même] et le coup de pied circulaire [‘bǎi lián’ = faire (?) le lotus] sont deux actions successives indépendantes l’une de l’autre.

Rien de tout ceci n’est bon, par conséquent :
– turn body with double lotus kick (Phil Cheung)/
– turn body and double wave lotus (/Hou Fred, sur You Tube).
– ‘Zhuan shen shuang bai lian’. (Tchiang)
转身双白莲
轉身雙白莲
Et en plus, ce qu’i a écrit là, c’est « double lotus blanc » !!!
Donc, ici, Tchiang se trompe carrément.

16﹑當頭炮 – dāng tóu pào
canons directs (*)
(* : bien que tóu pào = au-dessus de la tête.
Il s’agit d’une frappe simultanée des deux poings, devant soi et face à soi, laquelle frappe vise le haut de la poitrine de l’adversaire).

Voici la traduction littérale de l’expression
– 當頭炮 (T)
– 当头炮 (S)

1°) = = dāng tóu = au-dessus de la tête (au sens propre) ;
en haut (dans un sens figuré)
2°)  炮 = pào = canon, canons (ici).
Il s’agit d’une explosion de force, d’une paire de forces, en fait.

n.b.: Le 炮捶 (pào chuí)
[où 捶 (chuí) = bâtonner, battre, piler, marteler]
est le premier enchaînement de ‘boxe martiale’ de la famille Chen.
(Chef de famille : Chen, Chang-Xing [1771-1853]).
(Ce, d’après « Nouvelle lecture du taijiquan », par Antoine Ly et Marianne Plouvier, Librairie You-Feng, 2013, page 12).

Site de Chen Huixian : http://www.kctaiji.com
Hui-Xian est la nièce de Chen, Zheng-Li,
et celui-ci est le créateur de la séquence ‘Chen 18’.

VIDEOS PEDAGOGIQUES

Applications martiales du style Chen :
https://www.youtube.com/watch?v=d5L7uz8B8X4

(- De 6 min 17s à 6 min 23s pour la figure
3﹑攬紮衣- lǎn zā yī – rattacher son vêtement).

N.B. Et de 4.13 à 4.20,
c’est ye2 ma3 fen1 zong1 (le cheval sauvage – moi – scinde sa crinière – sépare mes bras), figure qui est au début de Yang 24.

Les 2 coups de pied successifs en 2ème partie sont montrés ici :

Et aussi :
(Chaque vidéo commence par les mêmes échauffements, puis il y a présentation générale du quyên à partir de 6 min 24 s. le cours spécifique à chaque figure commence vers 10 min 40 s).

Numéros ci-après : comme sur liste ci-dessus. D’où les écarts de 1, pour la moitié des items, entre les numéros de cette liste et ceux fournis par les vidéos, écarts expliqués plus haut).

1https://www.youtube.com/watch?v=reegGLsohTk
2https://www.youtube.com/watch?v=V9BtlgmJVAI
3https://www.youtube.com/watch?v=m1WXJNtFwBU
4https://www.youtube.com/watch?v=-Yr13Cy-gYY (*)
5https://www.youtube.com/watch?v=vlgy-gJU1to
6https://www.youtube.com/watch?v=PmbHVCrC6rA
7https://www.youtube.com/watch?v=jhzhQ0cVkCQ
8https://www.youtube.com/watch?v=5FZV5vykdX8
9https://www.youtube.com/watch?v=HbGE_wCGk8g
10https://www.youtube.com/watch?v=PJvLC_YFbNk
11https://www.youtube.com/watch?v=pg_k9YhaLXk
12https://www.youtube.com/watch?v=wH_a3QJI_A0
13https://www.youtube.com/watch?v=PMuL3WaEcm8
14https://www.youtube.com/watch?v=_jSmvv0J748
15https://www.youtube.com/watch?v=G24TtlUHqko
16https://www.youtube.com/watch?v=NL4e94kaohs
17https://www.youtube.com/watch?v=NBd9Mum2khY
18https://www.youtube.com/watch?v=HQrwPiNfX50

(*) autre adresse du 4 :
4https://www.youtube.com/watch?v=398pTxsusaM

Et puis,
le début :
https://www.youtube.com/watch?v=8SEl6NOCnO0
https://www.youtube.com/watch?v=mTIrOkKKyU4
https://www.youtube.com/watch?v=okXJepZ7YEo
https://www.youtube.com/watch?v=dyK4o_jO0LU
https://www.youtube.com/watch?v=5UFHWj0vjVw

 

N.B.
La forme Chen longue (75 mouvements, 1/4h) est ici, par exemple :
https://www.youtube.com/watch?v=iMUgovp-R-s
La forme 18 est un assemblage de figures de la forme 75.

Dans cette vidéo-ci, on apprendra la genèse du style Yang à partir du syle Chen (et c’est l’histoire racontée du point de vue Chen) :
https://www.youtube.com/watch?v=AbOOFQJkY6g .

Applications martiales :
– du taï-chi de style Chen (exemple : la forme 18 ci-dessus) :
https://www.youtube.com/watch?v=d5L7uz8B8X4
– du taï-chi de style Yang
(exemples : nos « formes » des « 24 images » et des « 48 images ») :
https://www.youtube.com/watch?v=ecjnoijaOyg
– du taï-chi de style Wu
(pas d’exemple à mains nues chez nous,
mais on a ‘sau cap dao’, au sabre) :
https://www.youtube.com/watch?v=plCMN31XZAA

Qi et force, et … interpénétration des qi !
https://www.youtube.com/watch?v=Holnh-VEysA

Une comparaison de la « forme » de taï-chi et de la séquence martiale à laquelle elle prépare, c’est dans cette vidéo, de 7.20 à 8.14 .

(*) Fulgurance, c’est ainsi que je rendrais en français l’idée exprimée par le mot franglais ‘flash-mob ».

(**) En Val d’Oise : à Cergy,
au centre commercial Auchan des 3 fontaines.

(***) Présentation de Virginie Gatellier (juillet 2016) :
http://visvictus.com/tai-chi-master-virginie-gatellier/

(****) Estimation de la participation, à un mois de l’évènement.

Post-scriptum :
https://www.youtube.com/watch?v=Q49uhrUmkXM

la posture du guerrier

La posture du guerrier est une posture de yoga  qui est de passage, dans ‘mai hoa quyên’, l’exercice des fleurs de prunier, à mains nues (*).

(* :  faute de temps, je ne vous tape pas les accents corrects).
– Photo 1 : un dimanche matin à Tremblay ;
– photo 2 in La vie au soleil, n° 7 (janvier, février, mars 2013), page 54, qui illustre un article de Marc-Alain Descamps sur le yoga-nidra.

La position du guerrier , d’après

Postures de yoga pour soulager les inflammations.
Notre corps se bat contre l’inflammation pour se protéger des bactéries et des virus. Le yoga aide le corps dans sa lutte.

Posture du guerrier.
Améliore circulation sanguine et respiration.Ce mouvement ressemble à une fente. Tenez-vous debout, avancez une jambe et pliez jusqu’à former un angle à 45°. L’autre jambe se positionne à l’arrière, tendue. Vos bras doivent être droits à l’horizontale au niveau des épaules, paumes face au sol, pour garder le bon équilibre. Le pied de votre jambe à l’avant doit faire face au mur ou à l’horizon, tandis que le pied à l’arrière doit être perpendiculaire. Tenez cette pose pendant une minute, respirez profondément et changez de côté.

Autres postures

Torsion couchée
Pour le système nerveux.Allongez-vous sur le dos vos bras le long du corps. Pliez vos deux jambes et gardez vos pieds au sol. Positionnez votre cheville droite au niveau de votre genou gauche, votre corps doit pouvoir se tourner vers la gauche. Relâchez votre pelvis et le bas de votre dos tandis que vous tendez vos hanches. Tenez la position une minute, puis revenez à la position initiale et changez de côté.

« Supine Twist »
Pour la digestion.

Allongez-vous sur le dos, bras le long du corps et paume face au ciel. Tournez votre tête afin qu’elle soit alignée avec votre épaule droite. Genoux pliés, ramenez vos jambes vers vous et abaissez-les vers la gauche. Tenez la position pendant une minute, revenez au centre et changez de côté.

Source : Cover media, via MSN, 11 août 2016.

 

 

Que sont les coqs ?

Le 28 janvier 2017, la communauté asiatique fête la nouvelle année dont l’emblème est le Coq de feu.

Dans l’astrologie chinoise, les natifs du coq sont travailleurs, débrouillards, courageux, pleins de talents et dotés d’une grande confiance en eux-mêmes. Ce sont également des personnes énergiques et amusantes, qui n’ont aucun mal à tisser des liens avec autrui. Les Coqs aiment bavarder, ils sont ouverts, honnêtes et loyaux.

Il ne faut d’ailleurs pas oublier que le rouge (couleur de l’élément Feu) reste le symbole du bonheur et de la chance pour les Chinois et dans d’autres pays d’Asie.

Dans le calendrier chinois, chaque année est associée à un des douze signes du zodiaque, qui reviennent de façon cyclique tous les 12 ans : rat, boeuf, tigre, lapin, dragon, serpent, cheval, chèvre, singe, coq, chien, cochon. La nouvelle année est aussi liée à un des cinq éléments: métal, eau, bois, feu, terre.

Afnor développement,
Secrétariat général, Département communication ; lundi 23 janvier 2017.